Accéder au contenu principal

4ème communiqué ! Nous sommes toujours en lutte !

 Communiqué N°4 du 25/09/2020


Ce jeudi 24 septembre, la DRH du Rectorat de Créteil a confirmé la décision de refuser le détachement de Nicolas D. : il lui incomberait, par sa fonction, de privilégier les lycéenn·e·s du lycée Édouard Branly de Nogent-sur-Marne.


Cette décision continue d'entraver gravement notre fonctionnement pour cette année. Elle piétine surtout le principe de cooptation sur lequel reposent le LAP comme d'autres projets alternatifs innovants. C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons accepter la « solution » qui consiste à envisager un hypothétique détachement de notre collègue Nicolas pour l'année prochaine.

Il nous est suggéré de recruter par nous-mêmes un·e professeur·e de physique-chimie sur l'académie de Paris, mais à ce stade de l'année, comment trouver un·e enseignant·e qui adhérerait à notre projet et qui serait disponible ?


Pour les élèves de l'Académie de Créteil inscrit·e·s au LAP qui se retrouvent sans professeur de sciences physiques, la DRH affirme qu'elle n'a aucune réponse. Elle ajoute que nous devrions, par « honnêteté intellectuelle », reconnaître l'avis favorable de détachement au LAP pour 2 des 3 enseignant·e·s titulaires de l'Académie de Créteil. Au nom de cette honnêteté intellectuelle, se rappelle-t-elle que le rectorat de Créteil ne finance pas un centime pour les 70 élèves du LAP résidant dans le 77, le 93, ou le 94 ?


Une recherche de solution conjointe, tant pour les élèves de Nogent-sur-Marne que pour celles et ceux du LAP, n'est donc pas du ressort de la DRH de Créteil. Pour les un·e·s comme pour les autres, est-ce acceptable de commencer l'année dans ces conditions ? Pour les élèves du LAP, peut-on se contenter d'un « débrouillez-vous » ?

C'est dans ce sens que nous sollicitons une audience auprès du Recteur, afin de prendre en compte tous les établissements concernés, ce qui permettrait enfin le détachement de Nicolas.


Nous sollicitons également une audience auprès du bureau des affectations du ministère de l'Éducation Nationale qui, malgré nos multiples demandes, ne nous a pas encore apporté de réponse.


Nous ne pouvons nous satisfaire de l'état actuel de la situation, qui nous laisse sur la touche en nous privant d'un membre de notre équipe. Nous dénonçons ce qui constitue bel et bien une menace sur le développement et la survie même des projets d'éducation alternative.


Nous vous invitons à nous suivre, à nous soutenir et à nous rejoindre lors de nos actions à venir.













Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour que le Rectorat de Créteil débloque enfin les affectations au LAP !

  Le Rectorat de Créteil refuse de détacher un professeur de sciences physiques au Lycée Autogéré de Paris alors que cet établissement accueille environ 75 élèves qui habitent le 77, le 93 ou le 94 soit 30% des élèves inscrit.e.s C’est la première fois en 38 ans d’existence du lycée autogéré qu’un tel refus nous est opposé. Nous tenons à vous faire part de notre profonde indignation face à la décision arbitraire du Rectorat de Créteil qui met à mal la convention signée en 2010 par le lycée Autogéré de Paris et le Rectorat de Paris et ratifiée de nouveau en 2017. Nous demandons au Rectorat de Créteil de revenir sur sa décision et d'affecter le professeur de Physique-Chimie désigné par le lycée autogéré. La signature c'est par là 
Mercredi 6 mai une délégation du lycée autogéré de paris a été reçue en audioconférence par le rectorat de paris pour réclamer la restitution des heures supprim ées de la dotation horaire globale ( DHG) de l'année 2020-2021. Et… Ce n'est pas une fin de non recevoir mais une fin de non discussion. Cette audience, comme s'est empressé de nous le rappeler le rectorat, fait partie d'un protocole de dialogue avec les établissements sans perspective de négociations. Effectivement le rectorat est resté figé sur ses positions comptables La justification colle à une "novlangue" totalement déconnectée de la réalité de ceux et celles qui travaillent quotidiennement sur le terrain. Illustration d’une audience confinée